Switch to full style
Répondre

Adaptation d'épampreuse

06 Septembre 2016, 15:57

G. Pons est viticulteur en Dordogne dans le domaine Pons, avec 13ha de vigne avec 2,5 UTH essentiellement en rouge. Il est passé en Bio en 2010, et fais toute sa vente en bouteille, sur place et dans divers salons. Les vignes sont larges chez lui, entre 2,40 et 2,80m, avec très peu de dévers, et une bonne partie des terres en bord de rivières sur des alluvions.

Lors de son passage en Bio, Gilles s’est posé la question de l’entretien du cavaillon, et a jugé que le matériel adapté était trop cher. De plus, la plupart du matériel disponible dans le commerce manque de flexibilité dans l’attache au tracteur, et Gilles préfère limiter le nombre de ses tracteurs. Il a donc fait le choix de l’autoconstruction pour son épampreuse.
vue ensemble.jpg
vue ensemble.jpg (556.94 Kio) Vu 1573 fois


L’autoconstruction dans cette machine concerne uniquement le cadre et sa fixation. Les brosses « multi-cleanse » de chez Clemens ont été achetées, et le cadre a été conçu de manière à être plus léger que ce qu’on trouve dans le commerce, et réglable aussi bien en hauteur qu’en largeur.
reglages.jpg
reglages.jpg (535.95 Kio) Vu 1573 fois


L’attache sur le côté s’enclenche sur un mât qui est installé sur le tracteur. Le mât a été pensé par Gilles, mais il a préféré déléguer sa fabrication, pour mieux s’assurer de la solidité et éviter que l’adaptation n’affecte trop le tracteur.
mat.jpg
mat.jpg (307.96 Kio) Vu 1573 fois


Sa position à côté de la cabine est faite de manière à avoir une visibilité maximale sur le travail réalisé, et permet de combiner éventuellement les passages avec un autre outil à l'arrière. L’installation de l’outil se fait avec un chariot élévateur, pour aller emmancher la machine sur le mat. Un piston installé entre le point A et le point B (voir photo ci après) permet le réglage en hauteur de l’outil de manière hydraulique.
Attache mat.jpg
Attache mat.jpg (208.77 Kio) Vu 1573 fois


Cout
  • Brosse + flexible 3000€
  • ferraille 150€
Un cadre neuf couterait environ 2000€ d'après Gilles

Gilles pense que son cadre est plus fragile que ceux du commerce, mais il n’a eu aucun problème pour le moment. Et ce cadre lui permet de monter son épampreuse sur le même tracteur que celui servant pour les traitements, et le montage/démontage est rapide et efficace ! Il envisage également d’installer des têtes de tonte intercep sur ce cadre, affaire à suivre...

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

Image

Re: Adaptation d'épampreuse

20 Septembre 2016, 14:50

Une autre adaptation d'épampreuse intéressante, rencontrée au domaine Koch. Malheureusement, une seule photo de cette machine, la description en reste sommaire.

François Koch est viticulteur dans le Jura, sous le label agroécologique Terra Vitis, avec 4 personnes sur 17ha. La production est diversifiée avec de nombreux cépages différents et des types de vinification variées. Chez François, l'autoconstruction est surtout une question de gain d'argent, a partir du moment où il a eu du vieux matériel à recycler, il ne paraissais pas possible de faire autrement que de le valoriser en faisant des économies !

Une épampreuse remue pas mal de poussière, ce qui est néfaste pour le moteur. Partant de cette constatation, François a voulu mettre son épampreuse à l'arrière, loin du moteur. Ce faisant, il gagne aussi en visibilité sur son travail.

epampreuse.jpg
epampreuse.jpg (423.77 Kio) Vu 1395 fois

Cette fois aussi, seul le cadre et l'attelage sont autoconstruits. Le cadre est intégralement creux afin de pouvoir faire passer l'hydraulique à l'intérieur. Le tube est fait en soudant un fer plat sur un UPN. Il aurait mieux valu utiliser directement un tube, car l'UPN travaille en le soudant, et le cadre n'est donc pas parfaitement droit. Mais le travail fait par la machine reste tout a fait bon.
L'angle des brosses dans le plan de l'avancement peut être modifié : La brosse est montée sur un parallélogramme et la chaine le retenant peut être rallongée ou écourtée selon le besoin.
Finalement, le cadre dispose en haut de petites ailettes qui permettent un stockage facile en hauteur !

Pour plus d'info n'hésitez pas à contacter François, son mail est visible sur la carte des autoconstructeurs !


Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

Image
Répondre