M’enregistrer

Petits outils pour planches permanentes

Messages: 35
Enregistré le: 04 Septembre 2017, 14:02

Petits outils pour planches permanentes

Messagepar Selene AP » 30 Avril 2018, 13:37

INTRODUCTION

Située à Le Thor (84), la ferme du Colibri est un système agroforestier de type verger-maraîcher de 1,5 ha dont 8000 m² de maraîchage. Ce projet atypique est né d’une réflexion sur l'alimentation, une volonté de faire autrement, et grâce à l'opportunité qui se présente à Nicolas Verzotti de racheter les terres autour de sa maison. Cet ancien prof de musique souhaite mettre en place un système différent du modèle industriel, avec un minimum d’impact sur l’environnement, sans tracteur et à faibles coûts. Il y a 6 ans il s’installe donc sur d’anciennes terres céréalières où il met en place un système diversifié d’agroforesterie à petite échelle.

Nicolas démarre avec très peu de moyen et cherche à s’équiper à faible coût, il va donc mettre en place un système adapté au petit outillage. Il s’équipe d’un motoculteur, fabrique une houe maraîchère et adapte des petits outils pour porte outil et motoculteur. Dernièrement Nicolas a également autoconstruit une dérouleuse plastique sur le modèle Terrateck, une canne à planter et un charriot de récolte.


Ferme_colibri.jpg
Ferme_colibri.jpg (170.97 Kio) Vu 496 fois


CONTEXTE

Parcours : Nicolas rachète des terres céréalières autour de sa maison il y a 6 ans. Il démarre comme double-actif, en conservant son activité de prof de musique. Le maraîchage est son activité principale depuis 2 ans.

Nature de l’exploitation et des surfaces :
Système agroforestier de type verger-maraîcher basé sur la complémentarité entre arbres et cultures pour un ensemble plus résilient : 1,5 ha de cultures dont 8000 m² en maraîchage. Les parcelles sont séparées par des rangs d’arbres. Les arbres et les haies de fruitiers sont disposés et orientés de manière à former un abri climatique et assurer la protection des cultures annuelles : protection du vent, du soleil en été, tout en laissant passer la lumière en hiver. Ils permettent également d’aller puiser l’eau en profondeur.

Lien VIDEO de présentation de la ferme

Itinéraire technique :
- Travail en planches permanentes sur mini-planches, mises en culture et récoltes échelonnées, modèle permettant d’avoir une grande diversité, adapté à la vente directe.
- Planches de 60 cm, inter-rang de 40 cm.
- Equipement : petit outillage, compensé par beaucoup de temps de travail, modèle artisanal pensé à petite échelle en essayant d’optimiser le travail
- Outillage : motoculteur STAUB PPX type 57, maniable, embrayage centrifuge, décrabotage. Ecart inter-roues à 60. Dents de griffe à 40 (correspondant à l’inter-rang). Houe maraîchère plus flexible que le motoculteur et adaptée au type de sol.
- Motoculteur utilisé pour la mise en place du sol sur les rangs, inter-planches travaillées au motoculteur ou tondo-broyeur. Projet de faire une petite herse étrille à fixer sur la houe pour faire du petit travail de désherbage en inter–rang.
- Travail au maximum sous paillage plastique (ail, échalote, salade, etc.). Avant d’avoir la dérouleuse plastique Nicolas utilisait la houe maraîchère pour monter la planche : traçage d’un sillon à la houe, pose du plastique et rebouche du sillon au pied. Les rangs sans paillage plastique sont travaillés à la houe.
- Apports extérieurs : fumier de mouton et tourteau de ricin (riche en azote, minéralisation rapide, lutte contre les campagnols). Nicolas possède également quelques poules qu’il fait passer sur ses planches après récolte.
- Irrigation au goutte-à-goutte avec une petite pompe alimentée par un forage

Commercialisation : marchés et point de vente collectif

Clef de détermination : volonté de mettre en place un système différent du modèle industriel, avec un minimum d’impact sur l’environnement, sans tracteur, avec du petit outillage et à faible coût.

CONSTRUCTION(S)

Nicolas a démarré avec très peu de moyen, misant sur la bricole pour s’équiper à faible coût. Ne souhaitant pas utiliser de tracteur il utilise du petit outillage acheté d’occasion, bricolé ou autoconstruit. Il s’est ainsi fabriqué une houe maraîchère, une dérouleuse plastique, une canne à planter et un charriot de récolte. Il a également bricolé des outils afin de les adapter à son motoculteur.


Houe maraîchère

Coût : 20€ de ferraille (fer plat 25x5, possibilité de faire avec du tube) + roues
Choix de conception : inspiré de photos de vieux modèles, fixations des bras sur l’axe des roues
Choix de construction :
- Fixation des roues puis des bras puis perçage des trous, les dimensions ont été faites de façon empirique, à l’œil, au fur et à mesure
- Les bras sont fixés à l'avant des roues pour répartir le poids et enlever la pénibilité dans la poussée
- Système de réglage de hauteur
- Système de fixation pour disques buteurs et socs de sarclage
- Roues de 20 pouces. La taille des roue définit la taille de l’outil, plus les roues sont grandes moins de pénibilité à pousser
Défaut d’usage : Inclinaison trop rigide, pas de système de réglage d’inclinaison des outils. L’inclinaison peut se faire à la main en réglant la portée mais ce n’est pas idéal.

Houe maraîchère.jpg
Houe maraîchère.jpg (339.27 Kio) Vu 496 fois



Dérouleuse plastique

Coût : ± 60€ de ferraille + quincaillerie + roues pleines (16€/roue), le reste est fait avec de la récup, soit coût total ± 100€.
Choix de conception : reproduction du modèle Terrateck
Choix de construction :
- Dimensions adaptés à son modèle de planche (140 cm), à la différence du modèle Terrateck qui est extensible sur les côtés.
- Carrés de 25 et de 30 pour tout afin de rendre les outils adaptables et transposables. Tube de 20, charnière de 40, barre de guidage récup, fer plat 25x5 pour les roues
- Ajout de roues de vélo amovibles pour le transport. Les roues permettent de déplacer l'outil sans avoir à le porter puis elles sont enlevées pour l'utilisation de l'outil
- Bras de guidage rigide. Essai avec une corde mais si les deux utilisateurs ne tirent pas exactement à la même vitesse ça ne fonctionne pas bien, la corde a donc été remplacée par un bras rigide
Défaut d’usage/améliorations potentielles :
- La machine repose sur les socs et le rouleau est fixé sur les disques ouvreurs, il n'est donc pas plaqué au sol et la machine a tendance à lever à l'arrière. Pour que le rouleau soit plaqué au sol il faudrait que la machine repose sur le rouleau, utilisation du poids du rouleau pour lester le plastique.

Dérouleuse1.jpg
Dérouleuse1.jpg (907.2 Kio) Vu 496 fois


Dérouleuse2.jpg
Dérouleuse2.jpg (295.16 Kio) Vu 496 fois



Canne à planter

Coût : +/- 10€
Usage : plantation de choux, fèves
Choix de conception : inspiré de vidéos
Choix constructifs :
- Tube carré de 40 biseauté + U de 40 biseauté plaqués l’un contre l’autre et fixés avec deux pattes. - Les deux pattes dépassent pour pouvoir y fixer un tube qui sert de repère pour mesurer l’écartement entre les plants.
Défaut d’usage:
- Poids de l’outil : permet d’entrer dans le sol sans forcer mais lourd à porter
- Pour les bouchons si le sol est humide passage derrière obligé pour remettre la terre, et risque de bourrage pour la plantation des fèves
Amélioration potentielle : L’utilisation de la canne nécessite deux personnes, réflexion sur un système permettant de travailler seul.

canne_planter.jpg
canne_planter.jpg (254.18 Kio) Vu 496 fois


Canne_planter_tube.jpg
Canne_planter_tube.jpg (842.5 Kio) Vu 496 fois



Charriot de récolte

Coût : 50€ de ferraille (carré de 25), le reste récup, 3ème roue récupéré sur un vélo d’enfant
Choix constructif :
- Dimensions adaptées aux planches et aux caisses de légumes (possibilité de mettre 3 étages de 4 caisses à salade) : intérieur 120x80, extérieur 150, 120 en inter-roues (correspondant à deux rangs de pommes de terre)
- Cadre porteur : Tubes de 35 et 25, carré de 20 pour les côtés, fer plat de 40 et T de 40 de récup
- Roues de 26 pouces (moins pénible à pousser) et 3ème roue mobile pouvant se décaler pour ne pas rouler sur la planche
- Ecartement des roues équivaut à deux rangs de pommes de terre (rangs de 1m) – 120 en inter-roues.
- Côtés amovibles pour transporter du matériel encombrant (plus long que le chariot)
- Importance de mettre le poids à l’arrière (peut porter jusqu’à 100 kg), poids sur les roues afin de ne pas devoir porter le poids lorsqu’on soulève la poignée
- A l’origine les tubes étaient glissés l’un dans l’autre dans l’idée de pouvoir agrandir le chariot en inter-planche mais finalement ils ont été soudés.
- Bras important : plus maniable et facilite l’équilibre (mais il s’est cassé à cause de mauvaises soudures)
Défaut d’usage :
- Possibilité de pousser mais pas de tirer (la 3ème roue se met de biais), peut se tirer en soulevant.
- Dépassement du cadre, rallonges laissées dans l’idée d’y mettre quelque chose mais pas pratique car tape dans des trucs et crée de l’encombrement.

Chariot1.jpg
Chariot1.jpg (812.8 Kio) Vu 496 fois


Chariot2.jpg
Chariot2.jpg (175.39 Kio) Vu 496 fois


Nicolas a également bricolé des systèmes de fixation sur des petits outils achetés d'occasion pour pouvoir les utiliser sur son motoculteur :
- Griffon à la dimension inter-planche acheté d'occasion et adapté (modification du système d'attelage) pour travailler le couvert végétal inter-planches
- Disques butteurs pour motoculteur ou pour houe maraîchère pour planter les patates (buttage pour refermer sillons)
- Rouleau pour tasser et contrôler la profondeur (travaille comme roues de jauge


POUR ALLER PLUS LOIN

Du petit outillage développé par l’atelier paysan :
- La houe maraîchère
- Le charimaraich (charriot de maraîchage) 
- La canne à planter

D’autres exemples de petit outillage autoconstruit : culticycle, houe maraichère, brouette maraîchère, etc.

Le site internet de la ferme du Colibri

Des infos sur l’agroforesterie maraîchère

Retourner vers Petit Outillage

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités