M’enregistrer

Séchoir PPAM avec inertie thermique et bâtiment

Messages: 123
Enregistré le: 29 Janvier 2015, 08:03

Séchoir PPAM avec inertie thermique et bâtiment

Messagepar jonas » 12 Octobre 2015, 10:11

Sur la ferme des Bonnes herbes
photo des champs.jpg
photo des champs.jpg (733.11 Kio) Vu 1875 fois


Parmi les séchoirs PPAM autoconstruits, Loïc et Isabelle ne mériteraient pas moins que la palme du système le plus performant et le plus aboutis. Pour cause : 5 années de labeurs, une amélioration pas à pas du concept, et de vastes recherches techniques en amont. Le résultat est là.
En 2008, ils se sont installés en bio dans une ferme où rien n’était proprement opérationnel pour leur production. Alors que sur 0,8ha, les racines de leurs cultures se consolidaient au fil des mois, eux deux se sont attelés à construire la pièce de conditionnement / transformation et développer le séchoir à plantes aromatiques qui est aujourd’hui la base de toute leur production.

Tout le système repose sur l’optimisation de l’air chaud canalisé par des panneaux capteurs et restitué dans les 5 boxes de séchage. Le soleil ayant certaines incertitudes dans la région (Bretagne), la problématique a surgit rapidement : comment accumuler la chaleur pour qu’elle se diffuse pendant les jours de mauvais temps ? C’est ainsi qu’ils ont combiné séchage solaire et inertie thermique grâce à une masse de pierre placée sous chacun des boxes. Et, cerise sur le gâteau, le circuit de chauffage est maintenant automatisé de sorte qu’en période chaude, les salles de séchage ne montent pas au-dessus de 25 °C.

A vous de vous saisir de cette débrouillardise on ne peut mieux sophistiquée !

panoramique de la façade.jpg
panoramique de la façade.jpg (874.97 Kio) Vu 1875 fois

• Historique :
o Contexte : Sur la ferme existait déjà une grande grange de 400m² qu’il a fallu aménager. La moitié de la surface est restée disponible pour le stockage du matériel agricole et pour leur canasson qui participe activement à l’histoire. L’autre moitié est donc dédiée à la transformation des plantes et leur conditionnement.
o Nature de l’exploitation et surfaces : ouverture de la ferme en 2008. PPAM bio sur 0,8ha pour une surface totale de 4,7ha (la place pour le cheval et de grands potagers). Deux personnes vivent de cette activité et ils accueil très régulièrement des stagiaires.
o Production et valorisation : 300kg de plantes sèche par an, soit 1,8 tonne de cueillette. La ferme « Les bonnes herbes » transforme leur plante en sirop, tisane, infusion, condiments... etc
o Commercialisation : Vente directe, biocoop, petits magasins, foire, et un marché bio hebdomadaire à Brest.
o Besoin initial : création d’activité, donc création de leurs outils de travail bâtis.
o Clef de détermination :
− grande exigence sur la performance du séchoir et sur l’ergonomie de la salle de transformation.
− Tous les composants du système doivent être accessibles pour permettre des améliorations et des réparations.
− Le système de ventilation doit être performant : ne pas lésiner sur la qualité des ventilateurs.

o Référence en amont : Loïc et Isabelle ont dessiné cet instrument de travail avec beaucoup de documentation à l’appui. Parmi celles-ci, la ferme « Tisane de Ker-Heol » de Bensoussan Gérard, le système Ecosec et les livres édités par « La pensée sauvage » (Ariège).
Perspective de mise en context.jpg
Perspective de mise en context.jpg (969.87 Kio) Vu 1875 fois

• Autoconstruction : réhabilitation
o Coût des panneaux = 4000€ environ
− Capteurs (bois, tôles, vitre, châssis...) = 2200€ pour une surface de 80 m²
− Système de ventilation : 4 ventilos de 80W (1200€) et les gaines

o Coût de l’aménagement du bâtiment : (dalle, carrelage, cloison, coursive bois, plafond, 5 boxes...) environ 50 000 €
o Superficie totale : 400 m² (hangar total) / 180 m² de salle de transfo et conditionnement (5 boxes d’environ 6m² inclus)
compositions détails des capteurs.jpg
compositions détails des capteurs.jpg (961.58 Kio) Vu 1875 fois

o Panneaux / capteurs : Derrière la vitre, une lame d’air est montée en température lorsque le soleil frappe. L’air chaud monte et est soufflé par les ventilateurs dans la réserve à cailloux. Celle-ci accumule la chaleur par inertie, la restitue pendant la nuit et les jours de mauvais temps.
− Sandwich : vitre / air statique / tôle noire / lame d’air chauffé / lambris / isolant 9cm avec une couche de plâtre
− Structure : châssis en bois
− Pente de 30° grâce à des pieds métallique
− Tuyauterie : inox

compoistion de vue intérieures.jpg
compoistion de vue intérieures.jpg (917.49 Kio) Vu 1875 fois

o Boxes
− Isolation : laine de bois 20 cm (plafond) et ouate de cellulose dans l’ossature bois verticale
− Lambris intérieur
− Plancher bois au-dessus de la réserve à cailloux
− Porte à deux battants

o Salle de transformation et conditionnement :
− Structure bois
− Cloison intérieur : récup de menuiserie
− Coursive et rampe : structure bois et plancher bois
− Chauffage bois

o Automatisation du système : Lorsqu’une température de 25 °C est atteinte dans un box, une sonde transmet l’information au panneau de contrôle qui éteint le ventilateur correspondant au boxe. L’air chaud arrête donc d’être soufflé et la réserve à caillou ne monte plus en température.
o Réemploi & récupération :
− Isolant des panneaux / capteurs
− Caillebotis au-dessus des réserves à cailloux
− Fenêtres et menuiserie récupérées pour la cloison intérieure

o Indice : la surface des capteurs thermiques doit à approximativement faire 1/3 de la surface de séchage (claie). Chez Isabelle et Loïc, 80 m² de capteurs pour 240 m² de claie de séchage totale.
o Défauts constructifs :
− La réserve à cailloux n’est pas accessible ce qui engendre de gros problème de souris. Depuis, des chats ont été embauchés.
− La salle de conditionnement mériterait d’être isolée pour l’hiver.

Séchoir PPAM principe.jpg
Séchoir PPAM principe.jpg (832.64 Kio) Vu 1875 fois

Capteur séchoir PPAM.jpg
Capteur séchoir PPAM.jpg (877.47 Kio) Vu 1875 fois

• Usage :
o Organes internes :
− Salle de transformation et conditionnement
− Magasin de vente directe
− Stockage : un box est dédié à ça
− 4 boxes contenant au total 204 m² de claies de séchage

o Temps de séchage : fleurs = 4-5 jours / plantes = 1-3 jours
o Ergonomie :
− Tous les boxes sont visible de manière indépendante ce qui aide à la gestion
− L’intérieur des boxes est aménagé et suffisamment spacieux pour accueillir une à deux personnes travaillant à l’intérieur


• Si c’était à refaire !
o Prévoir dès le départ un box dédié au stockage
o Les portes à double battants ne sont pas utiles étant donné qu’aucun outil encombrant est nécessaire à l’intérieur
o Le coulissement des claies de séchage est perfectible (à s’inspirer des tiroirs de pharmacie)
o Les réservoirs à cailloux doivent être accessibles
o La rampe d’accès aux boxes n’est pas nécessaire car aucune charge importante ne doit être montée dans les boxes.


ALLER PLUS LOIN...
Petite vidéo de présentation de la ferme
Etude comparative de système de séchage en Franche-Comté qui a pour but d’aider les futurs installé dans leur parcours techniques : document hyper riche :


Ces travaux bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

Image

Retourner vers Bâtis autoconstruits

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités