M’enregistrer

La ferme du vallon des Sources, Québec

Messages: 77
Enregistré le: 05 Décembre 2012, 15:14

La ferme du vallon des Sources, Québec

Messagepar JOS » 06 Avril 2014, 23:19

Bonjour,
Monique Laroche et Michel Massuard
Monique et michel.jpg
Monique et michel.jpg (52.85 Kio) Vu 1392 fois
se sont installés voici 11 ans sur une ferme d'une vingtaine d'hectares de bois et de prairies,un vrai paradis. Ils y cultivent 5 ha avec l'aide de 5 ou 6 saisonniers pour produire une cinquantaine de variétés de légumes écoulés principalement dans 500 paniers style AMAP. Allez voir leur site, il vaut le détour:http://www.vallondessources.com/
Dans cette ferme vallonnée, avec un assez bon sol sableux mais peu profond, ils ont vite abandonné le labour mais n'ont pas pu adopter les planches permanentes car les dévers sont parfois trop importants dans certaines parcelles. La volonté à été , dès le début, de limiter le plus possible le travail du sol avec des outils les plus simples pour restreindre les investissement. Le parcours de Michel et ses différentes expériences lui ont donnés la capacité de concevoir et réaliser une grande partie de son parc matériel avec des outils et de la ferraille de récupération. Il s ont ainsi concrétisé un itinéraire simple, fiable et économepermettant à cette ferme d'être l'une des plus performante du Québec.
Les bases de la fertilisation sont les engrais verts et le compost qui est généralement épandu à l'automne sur ces derniers ou sur les fins de cultures. Il est incorporé avec une fraise ou un cultivateur selon les dates de mises en cultures. La reprise se fait avec une sous-soleuse autoconstruite à 3 dents et contrôlée en profondeur de travail par un rouleau cage situé à l'arrière. Des dents en patte d'oie de 30 cm de large travaillent à environ 30 cm de profondeur, juste sur la largeur des planches de culture soit à peu près 130 cm. Le passage des roues n'est pas ameubli et l'outil est passé roue dans roue pour faciliter la conduite et optimiser l'espace.
Selon l'état de surface du sol et le calendrier, la reprise se fait à la suite ou 2 ou 3 semaine plus tard avec la fraise et/ou une bineuse à cages utilisée en pleine largeur. Dans les sols faciles et sans pierres, c'est une pratique assez courante qui demande très peu de puissance et est respectueuse des sols. 2 OU 3 passages peuvent être fait à 1 ou 2 semaines d'intervalle pour détruire les levées d'herbes. Le dernier passage est synchronisé avec le passage d'un rouleau en fer déployé équipé de marqueurs de lignes et d'intervalles pour faciliter la plantation manuelle. un brûleur fait maison est parfois utilisé en pré ou post-semi pour limiter le désherbage manuel. Le rouleau cage et la bineuse à cages sont très souvent monté sur le même tracteur Farmal porte-outils http://youtu.be/p0wCMMzIKh0. un distributeur de complément organique maison tout simple peut être enclenché si besoin en cour de préparation ou lors d'un binage.
Les cultures sont entretenues avec la bineuse à cage http://youtu.be/rIfl1jt48bs pour les semis et plantation sur trois rangs et avec la bineuse rotative pour les cultures en deux rangs pouvant détruire des adventices déjà très développées. Une herse étrille faite avec des dents de râteau-faneur permet d'entretenir les engrais vert et certains faux semis.
Pour la récolte des racines, une souleveuse génialement simple avec une seule dent terminée par une patte d'oie très large (120 cm) autorise une plus faible puissance de traction sans déstructurer les allées mais à réserver sans doute pour les terres légères.
Bien d'autres inventions ou adaptations seront détaillées dans les différentes rubriques du forum comme un traceur-ouvreur à disque cannelé, un chariot de récolte, une planteuse avec roues à eau...
Pour ce système de production, seulement 4 outils ont été acheté: la fraise, la planteuse, la butteuse-dérouleuse et la bineuse rotative. Ces outils ont tous été plus ou moins modifié pour s'adapter à la pratique et à l'exigence des maîtres du lieu. Tout le reste a été autoconstruit avec des pièces récupérées ou achetés dans les ventes aux enchères très fréquentes au Québec.
Les batiments ont bien sûr aussi été autocontruit pour une grande partie avec les ressources des bois environnants. Les serres d'accasions, montées aux fil des ans,ont profités du même savoir faire.
Le bricolage ce fait dans un bel atelier chauffé et bien équipé pour occuper les long mois d'hivers. Le choix de la légèreté de beaucoup d'outils permet une adaptation sur les petits tracteurs farmall dont Michel est Fan. C'est une option qui a généré de grosses économie de matériaux et de temps de fabrication.
Cette ferme est un très bon exemple de ce que l'autoconstruction bien réfléchie et bien maîtrisée peut apporter à l'efficacité technique, économique et sociale.
Je vous invite donc à continuer la visite qui se complétera de jour en jour et de mois en mois au rythme de la collecte de nouvelles informations (et de la disponibilité pour les mettre en ligne!)

A bientôt, Joseph.

Retourner vers Présentez votre structure !

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité