M’enregistrer

Chambre de greffage

Tout autour des semences paysannes et de la production de plants
Messages: 71
Enregistré le: 10 Janvier 2019, 09:31

Chambre de greffage

Messagepar QuentinAP » 17 Avril 2019, 15:06

Pour une présentation de la structure de Rémy et Carine, veuillez jeter un coup d'oeil ici: http://forum.latelierpaysan.org/remy-carine-autoconstructeurs-dans-drome-t4168.html
Rémy tient également un site internet où il présente également de nombreux conseils de greffage ici: [url]http://maraîchageinsectes.com/[/url]


Carine et Rémy produisent leurs propres plants mais réalisent également des greffes, principalement pour leurs solanacées (tomates, aubergines, poivrons, etc…). Il y a deux raisons à cela : la première est qu’ils souhaitent être le plus autonomes possible dans leur démarche de production. La seconde est qu’ils subissent la présence de nématodes dans leurs serres qui s’attaquent directement aux solanacées. Ils tentent donc de limiter leur impact en utilisant des porte-greffes plus résistants.

Afin d’obtenir le maximum de réussite et de reprise sur ses greffes Rémy a réalisé une chambre de greffage permettant d’obtenir les conditions de températures et d’humidité désirées et d’en limiter au maximum les variations. Mais je vous laisse découvrir le site que Rémy tient, autrement plus fournis pour les intéressés du greffage.

Grâce à son dispositif en plusieurs couches, il obtient des taux d’humidités toujours supérieurs à 100% et des températures qui ne descendent pas en dessous de 20C° et tournent autour de 25C°. L’idéal. Résultats : presque 100% de réussite pour ses tomates, 80% pour ses aubergines et 100% pour les poivrons !

Comment ça marche ?
Une première « boite », dont le cadre est en bois, recouverte de bâche plastique translucide mais néanmoins imperméable contient les bacs avec les greffes. Une nappe chauffante électrique est reliée avec un thermostat qui règle la température idéale.
Capture_greffe.JPG
La première boite, première couche d’un système de « sécurité »
Capture_greffe.JPG (81.05 Kio) Vu 764 fois

Capture_thermostat.JPG
Le thermostat relié à la couche chaude
Capture_thermostat.JPG (70.29 Kio) Vu 764 fois

DSC04762.JPG
DSC04762.JPG (114.1 Kio) Vu 774 fois

DSC04769.JPG
La seconde « boite », les montants sont en OSB et les côtés sont recouverts de toile réfléchissant et isolante.
DSC04769.JPG (165.77 Kio) Vu 774 fois


Le second coffrage est fabriqué en OSB, de 2,10m de longueur, 1,20m de largeur et 1,60 de hauteur, et recouvert d’isolant thermique. Cela permet une isolation de la lumière (les greffons, très fragiles, ne supportent pas la lumière directe), mais également une bonne isolation thermique, permettant d’éviter les variations de températures, du fait du grand volume d’air, emprisonné entre la première et seconde boite.
DSC04767.JPG
Cette seconde boite est isolée du sol afin d’éviter les ponts thermiques.
DSC04767.JPG (104.94 Kio) Vu 774 fois

DSC04772.JPG
Lorsque la lumière manque, la toile isolante est relevable pour capter un maximum des rayons du soleil
DSC04772.JPG (135.01 Kio) Vu 774 fois


Enfin, une troisième couche a été aménagée. Elle permet de bloquer la lumière directe du soleil. Elle est fabriquée en bois de bardage et recouvre le dessus de la seconde couche, mais comprend une ouverture en son sommet. Cela laisse passer une partie de la lumière, de manière indirecte. Lorsque celle-ci manque, Rémy installe un filet blanc sur le mur, permettant de mieux réfléchir la lumière.
DSC04770.JPG
Le filet permet une meilleure réflexion de la lumière
DSC04770.JPG (151.63 Kio) Vu 774 fois

DSC04773.JPG
L’ensemble du système. Saurez-vous trouver l’intru ? (un indice ici : http://forum.latelierpaysan.org/post5958.html#p5958)
DSC04773.JPG (129.46 Kio) Vu 774 fois


Fonctionnement :
Il suffit d’arroser abondamment le terreau recouvrant la nappe chauffante dans la première boite. Le terreau va garder son humidité et avoir un rôle de tampon et de relargage de l’eau progressif.
La greffe reste une semaine dans la chambre. Ensuite, elle sera sortie et posée sur la première chambre (donc laissée dans la seconde afin de lui permettre une acclimatation plus douce. Si la plante flétri, il suffit de la remettre dans la première chambre un jour de plus.

Coût et fabrication
Rémy a réalisé l’ensemble de la chambre ainsi que les raccordements électriques. Ce sont les nappes chauffantes qui représentent le coût d'achat le plus important (environ 300-600euros). La toile isolante thermique est le second poste (environ une 50ène d’euros pour un rouleau). Le reste peut être réalisé en récup’ ou à base de matériaux peu cher (OSB, contreplaqué,…).

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usage·R·E·s, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2018-2021).
Image

Retourner vers Semences : de la récolte à la mise en motte

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités