Plancher trappe à pollen et bain à paraffine

Lucas AP
Messages : 40
Inscription : 05 avril 2016, 13:42

Plancher trappe à pollen et bain à paraffine

Message par Lucas AP »

Cette chronique a été rédigée par Ellyn CASSOU, suite à une Tournée de Recensement des Innovation Paysannes (TRIP) qu'elle a réalisé du 23 au 27 novembre 2020.

Contexte et présentation de l’exploitation :

Julie et Sébastien sont installés en GAEC, ils possèdent 400 ruches et des vignes en Isère. C’est il y a 9 ans, à la suite d’une formation d’ingénieure agronome puis d’un BPREA, que Julie est devenue apicultrice. Elle produit de la gelée royale, du miel et du pollen. Les miellées obtenues sont locales: du colza, puis de l’acacia, du tilleul et enfin du châtaignier. Elle transhume aussi une minorité de ruches dans le Sud pour récolter du miel de lavande.

Les modes de commercialisation de sa production sont: le magasin bio, le marché et la vente directe. La gelée royale est quant à elle vendue en grande partie auprès de la coopérative de gelée royale française.

1/ Les planchers de ruche piège à pollen :


Utilisation de l’outil :


L’originalité de ce plancher est qu’il comporte à la fois un piège à pollen , une trappe à pollen et une trappe destinée à recueillir les déchets de la ruche.

Les pièges et trappes à pollen sont installées au printemps et durant la récolte du châtaigner pour ne pas affaiblir les ruches. Les trappes à pollen ont une action mécanique : l’abeille passe par de petits trous pour entrer dans la ruche. Au passage de ce trou, le pollen contenu sur ses pâtes est arraché et tombe dans la trappe à pollen. Lorsque l’on ne veut pas utiliser la trappe à pollen il est possible que les abeilles rentrent par une porte d’entrée située au dessus de la trappe. La trappe à déchet sert quant à elle à ne pas encrasser le plancher avec des déchets qui réduirai l’espace de la ruche. Cette trappe est grillagée afin de permettre l’aération de la ruche.

Figure 1 : Représentation du fonctionnement du plancher avec piège à pollen, trappe à pollen et trappe à déchets
Figure 1 : Représentation du fonctionnement du plancher avec piège à pollen, trappe à pollen et trappe à déchets
1.jpg (890.77 Kio) Consulté 1079 fois

Construction :


Afin de construire des planchers pour ses 400 ruches et de mutualiser le travail, Julie s’est associée avec deux autres apiculteurs. Le groupe a aussi disposé de l’aide d’un copain menuisier.

Les matériaux nécessaires à la confection d’un plancher sont :
- 2 grillages inox (1 pour la trappe a pollen et un pour la trappe à déchets)
- 1 tissus ou quoique ce soit qui fasse office de bac de récupération pour le pollen dans la trappe à pollen (sous la grille inox)
- 4 lissière en galvat
- Du bois contreplaqué ou du bois dur en fonction de la résistance que l’on souhaite obtenir.
- Des la quincaillerie pour faire les systèmes d’attaches

Un plancher coûte à peu près 20 euros et il est conçu pour durer entre 10 et 15 ans s’il est fait en bois dur.

Et si c’était à refaire?


D’après Julie, il ne faut pas hésiter à augmenter un peu la hauteur de la trappe à pollen pour augmenter la ventilation.



2/ Le bain à paraffine :


Utilisation :


Ce bain est un récipient hermétique en acier. Il sert à tremper les ruches dans la paraffines afin de les imperméabiliser et d’augmenter leur durée de vie. La source de chaleur utilisée est un réchaud à gaz placé sous le récipient.

Figure 2 : Photo annotée du bac de trempage et cotation.
Figure 2 : Photo annotée du bac de trempage et cotation.
2-bis.JPG (145.13 Kio) Consulté 1079 fois


Construction :


Julie à conçu la dimension du bain pour pouvoir contenir une ruche langstroth et a ajouté quelques cm.
Le matériel et les coûts approximatifs sont :
- Un réchaud qui coûte 350 euros
- La structure en acier qui coûte entre 300 et 400 euros.


Et si c’était à refaire ?


Il faudrait faire le bain plus haut car, lors de l’ébullition, le liquide a tendance à sortir du récipient et c’est très dangereux. Il faudrait donc rajouter au moins 10 cm au bac.



Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usage·R·E·s, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2018-2021).

Image

Répondre

Revenir à « Apiculture »