MA SERRE DOUBLÉE AVEC 2 PLASTIQUES

Lors d'un chantier triangle chez un collègue, ou d'un chantier de prototypage, venez donner un coup de main, d'abord pour vous faire des copain(ne)s et en apprendre plus sur la démarche collective de l'autoconstruction !
Avatar de l’utilisateur
SERRE du SUD
Messages : 147
Inscription : 08 février 2019, 15:19
Localisation : VAUCLUSE

Re: MA SERRE DOUBLÉE AVEC 2 PLASTIQUES

Message par SERRE du SUD »

Le combat pour la QUALITE des produits alimentaires est incompatible avec des frontières passoires les « contrôleurs européens » c’est de la foutaise


e 3 février 2024
par pgibertie


Le vrai combat écologique ne consiste pas à empécher les vaches de ruminer mais à veiller à la qualité des produits alimentaires.

Faire croire que des contrôleurs iront dans les fermes géantes du Brésil ou d’Ukraine et même d’Espagne est un mensonge . Une agriculture de qualité est possible mais à deux conditions :

une croissance riche en technologie qui permettent du pouvoir d’achat car sans hausse du pouvoir d’achat pas de clients pour des produits de qualité mais plus chers et sans croissance pas de hausse du pouvoir d’achat…

Une agriculture protégée du libre échange ou des systèmes d’AOC AOP mais c’est moins facile pour les fruits que pour les vins ou le fromage
image-5.jpg
image-5.jpg (326.31 Kio) Consulté 281 fois
Des présentations des agronomes Lydia et Claude Bourguignon montrent la chute vertigineuse de la valeur nutritive des aliments depuis 1950 du fait de la destruction des sols et de l’industrialisation de l’agriculture, avec rendements élevés en kg et désastreux en valeur nutritive

Excepté le niveau de phosphore, qui n’a guère bougé, les niveaux de calcium, magnésium, cuivre et sodium ont fortement baissé dans les légumes, de même que les taux de magnésium, cuivre, fer et potassium dans les fruits (jusqu’à 48%).

La teneur en eau a augmenté de manière significative et la matière sèche (ce que l’on obtient lorsqu’on retire l’eau d’un produit) a quant à elle fortement diminué.

Les tomates ont perdu 59 % de vitamine C, notamment parce que 98 % des variétés de tomates mises sur le marché sont issues de semences hybrides

La baisse drastique des micro-nutriments est en grande partie due aux pratiques agro-industrielles destinées à augmenter la taille et la croissance rapide des fruits et légumes.

https://pgibertie.com/2024/02/03/le-com ... -foutaise/

Avatar de l’utilisateur
SERRE du SUD
Messages : 147
Inscription : 08 février 2019, 15:19
Localisation : VAUCLUSE

Re: MA SERRE DOUBLÉE AVEC 2 PLASTIQUES

Message par SERRE du SUD »

Le Rwanda soutient la technologie comme outil de sécurité alimentaire :mrgreen:

5 Février 2024
Pacifique Nshimiyimana, Réseau Mondial d'Agriculteurs*


Lorsque je suis devenu agriculteur ici, au Rwanda, j'ai commencé à produire des bananes douces. C'était une culture naturelle et de base pour mon pays et son climat – et en 2015, j'avais de grands espoirs quant à l'avenir de ma nouvelle entreprise.

Deux ans plus tard, une maladie a dévasté mes bananiers. J'ai dû cesser de cultiver la variété Gros Michel/Big Mike, ('Gros Michel' abandonnées en Martinique pour des 'Cavendish' 80 % de la production mondiale présente en supermarchés) qui avait une bonne valeur marchande mais était également vulnérable à la fusariose, une maladie mortelle causée par un champignon.

Cette décimation m'a convaincu de me tourner vers d'autres cultures qui ne connaîtront pas le même sort. Aujourd'hui, je produis des avocats Hass et des bananes Highland (verte, pour la cuisson) d'Afrique de l'Est.

Je voulais aussi comprendre ce qui n'allait pas. Mes recherches ont révélé que je n'étais pas le seul : La fusariose a fait du tort aux agriculteurs du monde entier. Le champignon qui en est à l'origine résiste aux fongicides, ce qui crée un risque élevé pour les producteurs de bananes en raison d'une maladie qui ne peut pas être gérée.

J'ai également appris que des scientifiques travaillaient sur une solution faisant appel à la biotechnologie, en créant une capacité naturelle au sein même du bananier pour lutter contre la maladie. Il ne s'agit pas encore d'un produit commercial, mais cela pourrait bientôt être le cas : les organismes de réglementation pourraient être sur le point de l'approuver pour les agriculteurs australiens. D'autres pays, dont le Rwanda, devraient suivre l'exemple.

Ces informations sur ce que la science peut faire pour l'agriculture m'ont ouvert l'esprit à l'innovation. J'ai le plaisir d'annoncer que les responsables rwandais ont récemment ouvert le leur. Le 4 décembre, notre Parlement a adopté une loi très attendue sur la biosécurité qui pourrait permettre d'introduire au Rwanda des semences de qualité, résistantes au 'changement climatique', (changements de saisons) aux ravageurs et aux maladies.

Il était temps. Comme de nombreuses Nations africaines, le Rwanda a longtemps refusé d'adopter les cultures GM. Au lieu de cela, nous avons vu les agriculteurs de certainsLe Rwanda soutient la technologie comme outil de sécurité alimentaire pays en développement produire d'énormes récoltes grâce à cette excellente technologie. Je l'ai constaté moi-même en visitant une exploitation qui cultive du maïs GM.

Au Rwanda, un agriculteur qui cultive du maïs peut espérer produire environ 1,5 tonne par hectare. En Afrique du Sud, où les OGM sont largement disponibles, les agriculteurs peuvent obtenir 6 ou 7 tonnes par hectare. Cela s'explique par le fait que la technologie des OGM permet aux agriculteurs de vaincre les mauvaises herbes, des parasites et des maladies. Les cultures sont plus fortes et plus saines.

Dans tout le Rwanda, les agriculteurs se réjouissent de pouvoir accéder à la technologie des OGM. Nous espérons que, dans les mois à venir, la nouvelle loi sur la biosécurité permettra la plantation d'un manioc résistant à la maladie du virus de la striure brune du manioc, qui fait perdre sa couleur à cette culture de base et la fait pourrir. Ce type de manioc a fait l'objet d'essais sur le terrain et semble prêt à être commercialisé grâce à la loi sur la biosécurité.

La loi autorise également les éleveurs à importer des aliments pour animaux génétiquement modifiés, ce qui réduira le coût de l'élevage des poulets et des porcs et fera baisser le prix de la viande pour les consommateurs.

Cela fait des années que nous débattons de la nécessité des OGM au Rwanda. Les agriculteurs les ont soutenus, de même que de nombreux consommateurs, mais les régulateurs et les journalistes sont tombés sous l'influence de la désinformation diffusée par des groupes basés en Europe sur les vertus supposées de l'interdiction des biotechnologies au profit des fermes biologiques et de l'« agroécologie ».

La déconnexion est que les Européens jouissent de la sécurité alimentaire. Ils peuvent se permettre d'adopter des pratiques agricoles qui entraînent une baisse de la production. C'est une erreur, mais au moins c'est un choix.

La situation est différente en Afrique. Nous souffrons d'insécurité alimentaire. De nombreuses personnes sont confrontées à l'insécurité alimentaire tandis que des milliers d'enfants souffrent de malnutrition, ce qui entraîne des retards de croissance importants.

Il ne devrait pas en être ainsi. Nous disposons de certaines des meilleures terres agricoles du monde. Nous disposons de vastes réserves de main-d'œuvre. Nous devrions être un grenier à blé mondial, et non un continent sans espoir, aujourd'hui connu pour la perte de ses jeunes qui meurent dans la Méditerranée en tentant d'émigrer vers l'Europe.

L'accès à la technologie peut nous aider à y parvenir. J'espère qu'il m'aidera à passer du statut de petit exploitant à celui d'exploitant d'une ferme de taille moyenne, où j'utiliserai des semences de haute qualité qui résistent à la sécheresse, à des parasites et à des maladies.

C'est la voie à suivre pour parvenir à la sécurité alimentaire en Afrique.

La technologie est importante pour l'avenir et le succès de l'agriculture d'une autre manière. À l'heure actuelle, nous avons du mal à persuader les jeunes de devenir agriculteurs. Beaucoup d'entre eux considèrent qu'il s'agit d'un travail difficile et mal rémunéré. Ils craignent que cela condamne les gens à un système archaïque qui n'offre pas de promesse particulière.

Avec un meilleur accès à la technologie, cette situation commencera à changer. Les jeunes verront l'agriculture non pas comme une situation difficile à laquelle il faut échapper, mais comme une opportunité à saisir pour construire une richesse générationnelle.

Aujourd'hui, mon propre avenir est plus prometteur grâce à la loi rwandaise sur la biosécurité et, un jour, je pourrai peut-être même produire des bananes douces génétiquement modifiées.
___

Source : Rwanda Supports Technology as a Tool for Food Security – Global Farmer Network

* Pacifique Nshimiyimana

Pacifique est titulaire d'une licence en biotechnologie. Il est agriculteur et entrepreneur. En décembre 2015, il a créé Real Green Gold Ltd, en utilisant un demi-hectare de terres ( 5000 m²) appartenant à sa famille. Il a développé une ferme de démonstration de production de bananes avec plus de 15 variétés de bananiers et a formé des petits producteurs tout en concluant des contrats pour acheter leurs banan* Pacifique Nshimiyimanan utilisant un demi-hectare de terres appartenant à sa famille. Il a développé une ferme de démonstration de production de bananes avec plus de 15 variétés de bananiers et a formé des petits producteurs tout en concluant des contrats pour acheter leurs bananes de première qualité. Il les vend aux hôtels et restaurants haut de gamme de Kigali. Aujourd'hui, il a étendu sa ferme à 3 hectares, en y ajoutant des avocats et d'autres fruits et légumes comme les tomates, les oignons et les aubergines. Avec l'augmentation du nombre de cultures, il a commencé à travailler avec un plus grand nombre d'agriculteurs. Il travaille actuellement avec 144 petits producteurs de tout le Rwanda. Le groupe a été confronté à la maladie de Panama, une maladie dévastatrice pour les bananiers. Il est l'un des membres fondateurs du Rwandan Youth in Agribusiness Forum (RYAF), un réseau national de jeunes qui s'occupent de production primaire, de transformation alimentaire et de services de vulgarisation.es de première qualité. Il les vend aux hôtels et restaurants haut de gamme de Kigali. Aujourd'hui, il a étendu sa ferme à 3 hectares (30 000 m² ou 300 m x 100 m), en y ajoutant des avocats et d'autres fruits et légumes comme les tomates, les oignons et les aubergines. Avec l'augmentation du nombre de cultures, il a commencé à travailler avec un plus grand nombre d'agriculteurs. Il travaille actuellement avec 144 petits producteurs de tout le Rwanda. Le groupe a été confronté à la maladie de Panama, une maladie dévastatrice pour les bananiers. Il est l'un des membres fondateurs du Rwandan Youth in Agribusiness Forum (RYAF), un réseau national de jeunes qui s'occupent de production primaire, de transformation alimentaire et de services de vulgarisation.

Source : Rwanda Supports Technology as a Tool for Food Security – Global Farmer Network

https://seppi.over-blog.com/2024/02/le- ... taire.html

michel2
Messages : 16
Inscription : 31 janvier 2024, 05:20

Re: MA SERRE DOUBLÉE AVEC 2 PLASTIQUES

Message par michel2 »

Aujourd'hui, mon propre avenir est plus prometteur grâce à la loi rwandaise sur la biosécurité et, un jour, je pourrai peut-être même produire des bananes douces génétiquement modifiées.

bien vous envisagez l'avenir en rose grâce aux OGM, c'est parfaitement votre droit, pour ma part ce n'est pas mon avis de se soumettre pieds et poings liés aux multinationales de la biotechnologie, ce ne sont pas des philanthropes un jour ou l'autre vous le verrez, c'est comme chez nous ceux qui comptent sur les centrales d'achat pour écouler leur production, pour traiter avec les requins faut être plus fort que eux autrement ils utilisent votre image tant que ça plait au consommateur et du jour au lendemain ils vous jettent dés qu'ils n'ont plus besoin de vous, ils cherchent d'autres pigeons.

il me semble que en inde les petits producteurs de coton qui s'étaient mis aux OGM en reviennent devant le prix des semences alors qu'avec des semences traditionnelles ils ont peut être un peu moins de production mais ne sont pas rackettés tous les ans.

Avatar de l’utilisateur
SERRE du SUD
Messages : 147
Inscription : 08 février 2019, 15:19
Localisation : VAUCLUSE

Re: MA SERRE DOUBLÉE AVEC 2 PLASTIQUES

Message par SERRE du SUD »

BONJOUR à TOUTES & TOUS ! :mrgreen:

La Niña ou 'El Niño' sont des événements importants dont il faut en publier l'action.

La masse ferrique incandescente (à 30 km sous nos pieds) appelé aussi le magma émet de par sa combustion des pressions de gaz insupportables qui ressortent à l'Est du Pacifique (Ouest du Pérou). L'une est froide (La Niña) et l'autre chaude (El Niño') compte tenu de son intensité à réchauffer les courants marins et venteux de notre planète.

C'est là une source chaude (volcan moyen) qui climatise l'ensemble du globe.

L'important est d'observer l'effet de la Nina: Ses moindres sorties font que la planète Terre est froide et ne peut être réchauffée que par le soleil. Il s'ensuit que la planète se refroidit.

Actuellement c'est El Niño' qui domine avec ses chaleurs. Donc, hiver "doux' pour certains pays tandis que la planète se refroidit totalement (toujours des -20°C en dessous des températures saisonnières aux USA).

'Il faudrait s'attendre' à un été chaud 2024
:mrgreen:

Répondre

Revenir à « Chantiers ouverts et collectifs »